Page:Musset - Œuvres complètes d’Alfred de Musset. Nouvelles et Contes II.djvu/315

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du Printemps, il redescendra encore six marches ; puis, en laissant à droite la salle des gardes, comme pour gagner l’escalier des ministres, il ne peut manquer de rencontrer là d’autres huissiers qui lui indiqueront le chemin.

— Bien obligé, dit le chevalier, et, avec de si bons renseignements, ce sera bien ma faute si je ne m’y retrouve pas.

Il se remit en marche avec courage, s’arrêtant toujours malgré lui pour regarder de côté et d’autre, puis se rappelant de nouveau ses amours ; enfin, au bout d’un grand quart d’heure, ainsi qu’on le lui avait annoncé, il trouva de nouveaux laquais.

— Monsieur le marquis s’est trompé, lui dirent ceux-ci, c’est par l’autre aile du château qu’il aurait fallu prendre ; mais rien n’est plus facile que de la regagner. Monsieur n’a qu’à descendre cet escalier, puis il traversera le salon des Nymphes, celui de l’Été, celui de…

— Je vous remercie, dit le chevalier.

Et je suis bien sot, pensa-t-il encore, d’interroger ainsi les gens comme un badaud. Je me déshonore en pure perte, et quand, par impossible, ils ne se moqueraient pas de moi, à quoi me sert leur nomenclature, et tous les sobriquets pompeux de ces salons dont je ne connais pas un ?

Il prit le parti d’aller droit devant lui, autant que faire se pourrait. — Car, après tout, se disait-il, ce pa-