Page:Musset - Œuvres complètes d’Alfred de Musset. Nouvelles et Contes II.djvu/152

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


un morceau de papier, et écrivit cette espèce de lettre :

« J’aime mademoiselle Camille, je veux l’épouser, j’ai vingt mille livres de rente. Voulez-vous me la donner ? »

— Il n’y a que les gens qui ne parlent pas, dit l’oncle Giraud, pour mener les affaires aussi vite.

— Mais, dites donc, s’écria-t-il après quelques moments de réflexion, je ne suis pas son père, je ne suis que l’oncle. Il faut demander la permission au papa.