Page:Musset - Œuvres complètes d’Alfred de Musset. Nouvelles et Contes II.djvu/130

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Pourrais-tu la sauver si tu ne portais qu’elle ? demanda la mère.

— Je n’en sais rien, mais je crois que oui, dit le passeux.

Madame des Arcis, pour toute réponse, ouvrit les bras, lâcha le cou du passeux, et se laissa aller au fond de l’eau.

Lorsque le passeux eut déposé à terre la petite Camille saine et sauve, le cocher, qui avait été tiré de la rivière par un paysan, l’aida à chercher le corps de madame des Arcis. On ne le trouva que le lendemain matin, près du rivage.