Page:Moressée - Un mariage à Mondorf, 1887.djvu/35

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 31 —

peine que vous voulez bien prendre en faveur de mon enfant. En arrivant à Mondorf, je dirai à votre ami l’empressement que vous avez mis à écouter son conseil. Puisse-t-il être savant et dévoué comme vous l’êtes vous-même !…

— Le souhait est superflu, Monsieur le député, dit M. Vanier : le docteur Petit est un médecin savant et plus dévoué au salut de ses malades que je ne saurais vous le dire. Il guérira votre enfant.

— Le Ciel exauce votre prédiction, Monsieur, et je serai le plus heureux des hommes…

Une heure plus tard, M. Dubreuil debout, la tête inclinée devant le crucifix appendu à son chevet, priait dans la nuit silencieuse.