Page:Moressée - Un mariage à Mondorf, 1887.djvu/176

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 172 —

déclaré incurable, et à qui, la première fois que je l’ai vu, je n’aurais pas donné quinze jours de vie.

— Monsieur Darcier ? demanda le médecin. Je viens de le quitter : il est en pleine convalescence, et avant huit jours il sera font à fait valide. Certes, la guérison était inespérée et elle constitue un fier diplôme pour les qualités cm olives de nos eaux thermales.

Je considère d’ailleurs la guérison de Marcelle comme tout aussi probante. Le mal était identiquement le même chez votre chère enfant que chez M. Darcier : il a cédé à la puissance du même remède.

— Ah cher docteur, dit M. Dubreuil, quelle reconnaissance ne vous ai-je pas de vos soins si intelligents et si dévoués !…

Et lui tendant sa large main dans une belle allure de sincérité :

— Faites-moi la grâce, dit-il, de me considérer comme votre ami le plus dévoué.

La journée s’acheva, gaîment. La Société Philharmonique do Luxembourg était venue, l’après midi, donner un charmant concert sons la vérandah du Casino, et la plus joyeuse animation n’avait cessé de régner jusqu’au soir. A la nuit tombante, les baigneurs avaient eu la surprise, ménagée par l’intelligent régisseur, d’une illumination du parc aux feux de Bengale : dans les projections fantastiques de l’étrange lumière, deux fantômes apparaissaient çà et là, tenant embouché leur cor de chasse, dont ils modulaient des airs de grande vénerie…

Puis, le dernier hallali expiré, le parc était retombé dans la sévère solennité de la nuit étoilée. Dans l’allée déserte cependant, M. Pauley se pro-