Ouvrir le menu principal

Page:Montesquieu - Œuvres complètes, éd. Laboulaye, t5.djvu/90

Cette page n’a pas encore été corrigée


CHAPITRE XII.


DU NOMBRE DES FILLES ET DES GARÇONS
DANS DIFFÉRENTS PAYS.


J’ai déjà dit [1] qu’en Europe il naît un peu plus de garçons que de filles. On a remarqué qu’au Japon [2], il naissoit un peu plus de filles que de garçons. Toutes choses égales, il y aura plus de femmes fécondes au Japon qu’en Europe, et par conséquent plus de peuple.

Des Relations [3] disent qu’à Bantam il y a dix filles pour un garçon : une disproportion pareille, qui feroit que le nombre des familles y seroit au nombre de celle des autres climats comme un est à cinq et demi, seroit excessive. Les familles y pourroient être plus grandes à la vérité ; mais il y a peu de gens assez aisés pour pouvoir entretenir une si grande famille.

  1. Au liv. XVI., c. IV. (M.)
  2. Voyez Kempfer, qui rapporte un dénombrement de Méaco. (M.)
  3. Recueil des voyages qui ont servi à l'établissement de la compagnie des Indes, t. I, p. 347. (M.)
    ____________