Ouvrir le menu principal

Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome IV.djvu/77

Cette page n’a pas encore été corrigée


XCIV DES TRESCES Paris, Bibl. nat., Mss. fr. 191 5a, fol. 112 r" à ij3 V». ADis avint c’uns chevaliers, Preuzetcortoiset beausparliers, Ert saiges et bien entechiez: S’ert si en proesce affichiez Conques de riens ne se volt faindre En place où il pooist ateindre; Et par tôt si bien le faisoit, Et à toz sis erres plaisoit, Tant qu’il fu de si grant renom, Qu’en ne parloit se de lui non. Et s’en li ot sen et proesce : Il ert de si haute largece, Quant il avoit le heaume osté, Preuz ert au champ et à l’osté. Il ot feme de grant paraige, Qui avoit mis tôt son coraige A .1. chevalier du païs ; N’ert pas de la vile nais, Ainz avoit ,i. autre recet Près de .vi. Hues ou de set. Il n’i osoit venir souvent Qu’en ne s’alast apercevant.