Ouvrir le menu principal

Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome IV.djvu/67

Cette page n’a pas encore été corrigée


XCIII DE BERENGIER AU LONG CUL Par^, Bibl. nat., Mss. fr. 83 7, fol. 109 r" à 2 10 v". ’uiSQUE fabloier m’atalente iEt je i ai mise m’entente, Ne lerai qu’encor ne vous die i Jadis avint en Lombardie D’un chevalier qui avoit famé. N’ot el pais plus bêle dame Ne plus cortoise ne plus sage, Et si estoit de haut parage; Mes son mari ert de vilains Et si ert pereceus et vains Et vanterres après mengier : Moût se fesoit bon chevalier Par parole; en .m. ou en quat’re Voudroit il par son cors abatre, Et chascun jor à l’avesprer Se fesoit richement armer, Puis s’en montoit sor . i . destrier ; Ja ne finast de chevauchier Dedenz .i. bois toz seus entroit. Quant dedens ert, si s’arestoit Et esgardoit tout à loisir Que nus ne le peùst veïr ; Fabl. IV 8