Ouvrir le menu principal

Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome IV.djvu/63

Cette page n’a pas encore été corrigée


XCII DU PROVOIRE QUI MENGA LES MEURES [par guerin] Paris, Bibl. nat., Mss. fr. 191 5i, fol. 56r»à56T*. ’ui qu’en ait ire ne despit, ISanz terme prenre ne respit, Vos dirai d’un provoire .i. conte, .Si con GuERiNslenos raconte, Qui au marchié voloit aler : Sa jument a fait ensseler, Qui granz estoit et bien peùe: -- - • .II. ans l’ot li prestres tenue ; N’avoit gaires ne soi ne fain, Assez avoit aveine et fain. Li prestre son chemin atome,* Ne fait que monter, si s’entorne Vers le marchié sor la jument, Se l’estoire ne nos en ment. Por icele saison me mambre, Bien sai que ce fu en setembre, Qu’il estoit grant plenté de meures. Li prestre vait disant ses eures. Ses matines et ses vegiles. Mais à l’entrée de la vile.