Ouvrir le menu principal

Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome IV.djvu/223

Cette page n’a pas encore été corrigée


Estoit couvers d'une touaille.
Ez vous le vilain qui baaille
Et de famine et de mesaise.
Cele li cort ouvrir la haise,
Contre lui est corant venue :
Mès n'eüst soing de sa venue ;
Mieus amast autrui recevoir.
Puis li dist por lui decevoir,
Si com cele qui sanz ressort
L'amast mieus enfoui que mort :
« Sire, » fet ele, « Dieus me saint !
Con vous voi or desfet et taint !
N'avez que les os et le cuir.
— Erme, j'ai tel fain que je muir, »
Fet il, « sont boilli li maton?
— Morez certes, ce fetes mon ;
Jamès plus voir dire n'orrez :
Couchiez vous tost, quar vous morez.
Or m'est il mal, lasse chetive!
Après vous n'ai soing que je vive,
Puisque de moi vous dessamblez.
Sire, com vous estes emblez,
Vous devierez à cort terme.
— Gabez me vous, » fet il, «dame Erme?
Je oi si bien no vache muire :
Je ne cuit mie que je muire,
Ainz porroie encore bien vivre.
— Sire, la mort qui vous enyvre
Vous taint si le cuer et encombre
Qu'il n'a mès en vous fort que l'ombre: