Ouvrir le menu principal

Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome IV.djvu/164

Cette page n’a pas encore été corrigée


CIV DO PRÉ TONDU Bibl. de Berne, Mss. 354, fol. 75 r" à 75 v". E fu la voille d’un Noël ^ Q^an tient en maint leu riche ostel (A Toté fu d’un haut baron, k Qu’il ot, à bon feu de charbon : E milieu .i. grant en avoit, Qui toz les autres destraingnoit; Dist as autres : « Laissiez m’aler, Car je voldrai ardoir la mer; Par ma force et par mon pooir, Vodrai aler la mer ardoir : Jamais ne portera haranc, Ploiiz, ne poison ne mêlant. » Ensi con il l’a dit, si fist; Ainz ne fîna à la mer vint. Quant il la vit, si s’escria : « Mer, car par Diu je t’ardré là, » Fait il, o plus haut de sa vois; « Garde toi, ardoir je te vois. » Li charbons vient, en la mer saut, Tost s’estaint et puis ne fist chaut. Je vos ai conté ce fablel Por ce qu’il fu d’un damoisel :