Ouvrir le menu principal

Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome IV.djvu/160

Cette page n’a pas encore été corrigée


D'un vilain riche et non sachant,
Qui aloit les marchiez cerchant,
A Arras, Abeville, alanz
M'est venuz de conter talanz;
S'en diré, s'oïr me volez. [5]
Mout doi ge bien estre escoutez.
De ce di ge, que fous que nices,
Que tieus hom n'est pas de sens riches
Où l'en cuide mout de savoir,
S'il ert povres et sanz avoir, [10]
Que l'en tenroit por fol prové.
Issi avons or esprové
Lou voir et fait devenir faus.

Li vilains avoit non Brifaus.
.I. jor en aloit au marchié; [15]
A son col avoit enchargié
.X. aunes de mout bone toille :
Par devant li bat à l'ortoille
Et par deriers li traïnoit.
.I. lerres derrieres venoit [20]
Qui s'apensa d'une grant guille :
.I. fil en une aguille enfille,
La toile