Ouvrir le menu principal

Page:Monod - Renan, Taine, Michelet, 1894.djvu/293

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Dieu que malheureusement l’enfant perd, la jeune et vivace espérance. »


Michelet l’eut toujours dans le cœur, la jeune et vivace espérance. C’est ce qui rend la lecture de ses livres si bienfaisante. On oublie les défauts de l’enfant ; sa vue seule fait aimer la nature et bénir la vie. Comment n’oublierions-nous pas les défauts de Michelet, quand nous apprenons de lui à aimer, à agir, à espérer ?