Page:Monod - Renan, Taine, Michelet, 1894.djvu/152

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il s’était mis à sa tâche avec une conscience et une énergie que rien ne pouvait ébranler, ni les défaillances de sa santé, ni les fausses appréciations de la critique et du public. Depuis l’automne de 1871, les Origines de la France contemporaine prirent tout son temps et toutes ses pensées[1].

Il faisait lui-même l’énorme travail préparatoire de lecture et de dépouillement des textes manuscrits et imprimés ; les notes innombrables qui lui ont servi de matériaux ont toutes été prises de sa main. Il jugeait en outre nécessaire d’acquérir en législation, en droit administratif, en matière financière, la compétence d’un spécialiste. En 1884, il renonça à son

    impressions sentimentales ou égoïstes sur les affaires publiques de leur temps. C’est dans ce but que nous avons fondé l’École des sciences politiques. Visiblement une pareille méthode, qui est une sorte d’anatomie sociale, choquera, dans ses premières comme dans ses dernières conclusions, beaucoup de sentiments généreux et respectables. Mais les partisans de l’expérience sont trop libres d’esprit pour ne pas accordera l’outil précieux dont ils connaissent les services, la permission de travailler partout, même au vif de leurs plus chères convictions. »

  1. Un travail préparatoire, la traduction des lettres d’une Anglaise, témoin de la Révolution de 1792 à 1795, parut en 1872. (Un séjour en France de 1792 à 1795). Le volume de l’Ancien régime est de 1875, les trois volumes sur la Révolution se succédèrent en 1878, 1881, 1884 ; le premier volume du Régime nouveau parut en 1891 ; le second, laissé inachevé, a paru en 1893.