Page:Monavon - Le Langage des fleurs, paru dans L’Entr’acte lyonnais, 22 novembre 1868.djvu/4

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Ce sont de frais accents parfumés de tendresse,
Mille aveux exhalés dans des élans d’ivresse,
Mille soupirs charmants échangés tour à tour…

Et le cœur de la vierge et l’âme du poète
Se sentent pénétrés d’une flamme secrète…
J’aime le temps des fleurs… les fleurs parlent d’amour.


Gabriel Monavon.