Page:Monavon - Fragiles Fleurs, paru dans Le Passe-Temps, 05 novembre 1893.djvu/5

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Et notre joie est une fleur !

Hâtons-nous donc, aux vives ondes,
Chère âme, hâtons-nous de puiser,
Effeuillons sur nos têtes blondes
Rose nouvelle et frais baiser…
De notre saison printanière,
Goûtons la rapide douceur :
La fleur, hélas ! est éphémère,
Le printemps fait comme la fleur !…

Ce soir mourra la fleur éclose ;
Demain peut briser notre amour…
Aimons donc, puisqu’amour et rose
Ne vivent tous deux qu’un seul jour…
Aimons, tandis que sur la terre
Tout fleurit comme en notre cœur :
La fleur, hélas ! est éphémère,
Et la tendresse est une fleur !

Aimons tandis que la jeunesse
Nous couronnant de ses attraits,
Enivre nos cœurs d’allégresse
Et de grâce embellit nos traits ;
Tandis que notre joue est fière
De sa purpurine couleur :
La fleur, hèlàs ! est éphémère,