Page:Monavon - À la France, paru dans Le Moniteur viennois, 29 juin 1855.djvu/4

Cette page a été validée par deux contributeurs.


À l’unanimité, M. Gabriel Monavon, de Bourgoin (Isère) a obtenu le 3me accessit pour la composition suivante :

À LA FRANCE.

Balle et Bal… ô ma patrie !
Sont ton éternel honneur.
L’un signalant ta valeur,
L’autre ta galanterie… !
Voyez ! — mieux que les boulets,
Mieux que bombes et mitraille,
De la terrible bataille,
Qui décide le succès… ?
— De nos chasseurs c’est la Balle
 Sans rivale !
De la Seine au fleuve Oural,
Qui fonde surtout l’empire
De nos dames qu’on admire… ?
C’est le Bal… !

Nous croyons fermement, ajoute l’Abeille Cauchoise, que M. Gabriel Monavon a volontairement dépassé le nombre de vers demandé, pour ne pas remporter le prix.