Page:Mirbeau - Interview, paru dans l’Écho de Paris, 27 octobre 1890.djvu/4

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Le valet de chambre

Oui, Monsieur.


L’illustre écrivain

Et puis mon habit vert d’eau.


Le valet de chambre

Oui, Monsieur…


L’illustre écrivain

Vous les étalerez sur la chaise longue…


Le valet de chambre

Bien, Monsieur…


L’illustre écrivain

Ah ! comment est ma chemise ?… (Il examine sa chemise de nuit)… Non… vous me donnerez une chemise en soie de Mysore… (Il renifle le nez en l’air)… Et puis vous me flanquerez un bon coup de vaporisateur, partout !…


Le valet de chambre

C’est tout ?


L’illustre écrivain (Il passe en revue la chambre)

Oui, je crois bien que c’est tout !…

(Le valet de chambre sort, revient, dispose la chambre suivant les indications du maître qu’il aide ensuite à vêtir la chemise en soie de Mysore).


Le valet de chambre

Le coup de la chemise de Mysore… ça les épate toujours !…


L’illustre écrivain

Vous n’avez rien oublié ?… Non !… Faites entrer…

(Entre le reporter. Petit, gringalet, l’œil louche, le dos servile, infiniment