Page:Mirbeau - Eugène Carrière, paru dans l’Écho de Paris, 28 avril 1891.djvu/5

Cette page a été validée par deux contributeurs.

convention et de toute formule apprise, des états de conscience, des qualités de sentiment, de la passion et de la pensée. Tout cela est net, ample, supérieur, intensivement ressenti, d’une réalité inoubliable, et d’une poésie d’autant plus émouvante que Carrière ne se perd pas dans les énigmes du symbole, qu’il va chercher ses émotions dans les manifestations intérieures de la vie, tout près de lui, et en lui. Et l’on s’attarde à suivre ce travail curieux, cette accumulation, cette succession d’idées, de souvenirs, qui tout à l’heure se coordonneront synthétiquement dans l’œuvre peinte et finie, et deviendront le drame de tendresse ou le poème de douleur, évoqués par l’artiste, en cette sorte de rêve à lui, dans ce recul de mystère décoloré, à travers lequel il perçoit la vie, comme à travers des miroirs ternis et des yeux brouillés de larmes.

Puis voilà que se déroulent ces drames et ces poèmes. Tous ils sont d’une simplicité grave, d’une intimité profonde, qui en augmentent l’impression de belle tristesse, et de charme presque terrible. Des petits enfants qui jouent ; une mère qui embrasse son enfant ; une jeune fille qui