Page:Mirbeau - Ça les embête, paru dans l’Écho de Paris, 8 décembre 1890.djvu/8

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Deuxième critique

Dites votre dénouement… Je suis curieux de le connaître.


Premier critique

C’est très simple… Au troisième acte, tout à coup, on apprenait que Clotilde n’était pas la maîtresse de Laffond… qu’elle n’avait jamais été la maîtresse de Laffond, et que Laffond était le frère de Clotilde, — un frère oublié, revenant d’Australie, avec une immense fortune.


Deuxième critique

Bravo !… c’est admirable.


Premier critique

Ce n’est pas tout. Mme Simpson, dont on parle tant dans la pièce, et qu’on ne voit pas, je lui donnais un rôle important… On apprenait qu’elle était la sœur du mari de Clotilde, et elle épousait Laffond.


Deuxième critique

Bravo !… Vous avez raison, la pièce y était… Il y avait une pièce !


Premier critique

Attendez !… Aux actes précédents, il y avait des scènes désopilantes qui se passaient dans un restaurant, une nuit de bal masqué à l’Opéra… Prétexte à costumes… On prenait Laffond pour du Mesnil, du Mesnil pour Laffond ; Clotilde pour Mme Simpson, Mme Simpson pour Clotilde… Ils se cachaient dans des armoires, se poursuivaient sous des tables.. Laffond descendait par la cheminée, déguisé