Ouvrir le menu principal

Page:Millaud - Madame l'Archiduc.pdf/70

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MARlETTA.

On danse, et on chante des rondes.

COUPLETS.
I
––––––C’est le soir, on s’prend, on se regarde
––––––L’ ménétrier est déjà là,
––––––––Zim, zim, zim, zim la la !
––––––Hé ! pèr’ Michel, un air d’ guimbarde,
––––––En avant quadrille, entrechat !
––––––––Zim, zim, zim, zim la la !
––––––––Ah ! le violon grince,
–––––––Les tambourins font rafla,
––––––––On s’ bouscule, on se pince,
––––––Et l’on s’en fourre jusque-là,
––––––––Oh ! aïe, aïe, oh ! la la !
––––––––Lors qu’enfin on est lasse,
––––––––Oh ! aïe, aïe, oh ! la la !
–––––––Alors on demande grâce,
––––––––Oh ! aïe, oh ! aïe, aïe !
––––––V’là c’que c’est qu’danser en rond.
––––––––Quand on saute, à force
––––––––On s’donne une entorse,
––––––V’là c’que c’est que d’danser en rond !

Ils dansent.

II
–––––––En v’là deux là-bas, qui s’pressent !
––––––C’est Suzon et gros Pierre, les v’là !
––––––––Zim, zim, zim, zim la la !
––––––Sous les grands arbres, ils disparaissent ;
––––––Ils s’aim’nt, on n’ peut rien dir’ à ça.
––––––––Zim, zim, zim, zim la la !
––––––––Au bout d’une grande heure
––––––Suzon revient à p’tits pas ;
–––––––––La petiote pleure.