Ouvrir le menu principal

Page:Millaud - Madame l'Archiduc.pdf/67

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène IX

L’ARCHIDUC, MARIETTA, puis FORTUNATO.



L’ARCHIDUC, à part.

Qu’est-ce qu’elle a dit. (Haut.) Comtesse, je vous en prie, je vous en supplie.


MARIETTA, ennuyée, descendant.

Quoi qu’y a ?


L’ARCHIDUC.

Quoi qu’y a ? Il y a que… Comtesse, faites-moi votre petit sourire, faisez petite risette à Nénest ! (Marietta hésite, puis sourit.) Elle a un sourire exquis, embrasse-moi !


MARIETTA.

Ah, mais non !


L’ARCHIDUC.

Tu ne veux pas embrasser Ernest ?


MARIETTA.

Non, je ne veux pas embrasser Ernest.


L’ARCHIDUC.

Elle me résiste, elle résiste à l’archiduc, oh ! la lutte ! j’aime la lutte… embrasse-moi… (Il court après elle pour l’embrasser, Marietta lui donne un soufflet.) Ah !


FORTUNATO, parait au fond.

Monseigneur a sonné ?


L’ARCHIDUC, se tenant la joue.

Non, c’est madame qui a frappé. Approche, sais-tu ce que vient de faire cette femme, la comtesse ?


FORTUNATO.

Votre Altesse se tient la joue, aurait-elle osé ?


L’ARCHIDUC.

Elle a osé…


MARIETTA.

Il voulait m’embrasser, je lui ai flanqué une torgnole.