Ouvrir le menu principal

Page:Millaud - Madame l'Archiduc.pdf/54

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BONARDO.

Tous les traits de son père.


PONTEFIASGONE.

A peine avez-vous reçu notre honorée du 5 courant.


GILETTI.

Votre honorée ?


FRANGIPANO.

Que vous accourez aussitôt, c’est bien !


PONTEFIASCONE.

Noble cœur !


FRANCIPANO.

Cœur chevaleresque !


BONAVENTURA.

Cœur héroïque !


BONARDO.

Cœur magnanime !


FRANGIPANO.

C’est pour aujourd’hui la grande conspiration.


PONTEFIASCONE.

Tout est prêt, on n’attendait plus que toi.


BONAVENTURA.

Tu vas monter à cheval.


BONARDO.

Tu iras à la ville.


FRANGIPANO.

Tu prépareras un soulèvement.


PONTEFIASCONE.

Tu te mettras à la tête du mouvement.


BONAVENTURA.

Tu casseras beaucoup de carreaux.


BONARDO.

Tu envahiras le palais du tyran.


GILETTI.

A moi seul ?


PONTEFIASCONE.

Non, avec le mouvement.