Ouvrir le menu principal

Page:Millaud - Madame l'Archiduc.pdf/53

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MARIETTA, et GILETTI, descendant.
–––––T. V. A. H.
REPRISE.
–––––T. V. A. H. A. B. C. D. E.
ENSEMBLE.
––––C’est entendu, c’est convenu,
––––––––––C’est entendu.

FRANGIPANO.

Enfin, nous nous expliquerons mieux tout à l’heure. (A Giletti.) Monsieur le comte, veuillez prier madame la comtesse de se retirer un instant.


MARIETTA, prenant le bras de Giletti.

Mais, monsieur !


FRANGIPANO.

Cinq minutes seulement, il s’agit d’une affaire grave.


MARIETTA.

Cinq minutes, pas plus.


FRANGIPANO.

Foi de gentilhomme ! Madame, permettez-moi de vous reconduire.

Il prend la main de Marietta et la conduit à la porte, premier plan le droite. — Les trois autres suivent l’un derrière l’autre et saluent, Marietta leur rend leur salut gauchement et disparaît.


GILETTI, à part.

Qu’est-c’qui va m’arriver ?


FRANGIPANO, revenant, ainsi que les trois autres.

A nous maintenant.


GILETTI.

Quoi qu’y a pour votre service ?


PONTEFIASCONE.

Laissez-nous vous contempler.


FRANGIPANO.

Nous ne vous avions pas encore vu.