Page:Millaud - Madame l'Archiduc.pdf/36

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MARIETTA, à qui la comtesse a mis son manteau et le chapeau qui se trouvait dans le carton sur la table de gauche.

Nous aimons mieux les dix mille écus.


RICARDO, à Giletti.

Alors, toi, tu es le comte de Castelardo.


GILETTI.

Je suis le comte de quoi ?


RICARDO, à Marietta.

Vous, vous êtes la comtesse de Castelardo.


MARIETTA.

Moi ! comtesse !


RICARDO.

Pour vingt-quatre heures seulement. (A Giletti.) Prenez donc des airs distingués. (Il lui donne des bourrades.) Je te dis d’avoir l’air distingué.


LE COMTE, à Giletti.

Dix mille écus !


RICARDO, qui était remonté.

Les voilà, ils reviennent, allons, en route, dans la berline.


GILETTI.

Dans une berline.


LE COMTE.

Une berline superbe !


MARIETTA, à Giletti.

Toi qui voulais faire un voyage de noces.


GILETTI.

Ma foi, tant pis, laissons-nous faire.

Les dragons entrent par la gauche, les petits clairons par la droite conduits par Fortunato. – Ils se mettent sur quatre rangs au fond.

FINALE.

CHŒUR.
––––––––Sono li dragoni