Page:Millaud - Madame l'Archiduc.pdf/26

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



GILETTI.
––––––Ils n’ont pas l’humeur fort aimable.

MARIETTA.
––––––Attends : je vais arranger ça.
COUPLETS.
I
––––––Pardonnez-nous, Monsieur, Madame,
––––––En vérité, nous somm’ confus,
––––––C’est qu’ voyez-vous, je suis sa femme
––––––Depuis un’ heure à pein’, pas plus.
––––––Il ne sait pas s’ tenir, mon homme,
––––––Et moi, ma foi, j’ai fait tout comme.
––––Vous vous embrassiez comme des fous,
––––Eh bien ! ça s’ gagne, ça s’ gagne, voyez-vous. (Bis ensemble.)
II
––––––V’la dix minut’s que j’ vous contemple,
––––––Vous voyez bien, Madame, Monsieur,
––––––Qu’ c’est vous qui nous donnez l’exemple,
––––––En s’approchant on se brûle au feu.
––––––Vous avez l’air d’ bien vous entendre,
––––––Nous aussi, nous avons l’ cœur tendre,
––––––Vous vous embrassiez comme des fous,
––––Eh bien ! ça s’ gagne, ça s’ gagne, voyez-vous. (Bis ensemble.)

LA COMTESSE.
––––––Elle a raison.

LE COMTE.
––––––Elle a raison. Je vous pardonne.
––––––Embrassez-vous.

LA COMTESSE.
––––––Embrassez-vous. Je vous l’ordonne.

GILETTI et MARIETTA.
––––––––––Madame est bonne.