Page:Millaud - Madame l'Archiduc.pdf/20

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’HOTE.

Mais si fait, il y en a… mais débarrassez donc Leurs Seigneuries.

Ils prennent les manteaux et chapeaux des voyageurs, que Giletti va porter dans la chambre de droite.


LE COMTE.

Alors vite, pendant qu’on mettra des chevaux à ma chaise, un bouillon, une aile de poulet et du bordeaux.


L’HOTE.

Vous avez entendu ? Toi, Giletti, à la cave, tu monteras du cachet vert ; toi, Marietta ; à la cuisine.


GILETTI.

Oui, not’ maître, moi à la cave, du bouillon.


MARIETTA.

Et moi, à la cuisine… du bordeaux.

Ils s’embrassent.


L’HOTE, les apercevant.

Eh bien ! eh bien !

Giletti se sauve par le bosquet de gauche, Marietta, par celui de droite.

Je vous demande pardon, Excellences, mais ils se sont mariés ce matin.


LE COMTE.

Mais ils sont très-gentils…

L’hôte sort au fond à droite.


Scène VII

LE COMTE, LA COMTESSE.



LE COMTESSE, assise.

Mariés depuis ce matin, mon ami, et nous depuis huit jours, c’est de bon augure.


LE COMTE, au fond très-préoccupé, regarde à droite.

Oui, s’est de bon augure !