Page:Millaud - La Créole.pdf/92

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DORA.

Je vous dirai donc que…


LE COMMANDANT.

Drôle de fille !


DORA.

Mais, ne me regardez pas comme ça.


LE COMMANDANT.

Toi, non plus, ne me regarde pas comme ça.


DORA.

Non, non, je ne vous regarderai pas. (Elle appuie sa tête sur l’épaule du commandant.) Comme ça, vous ne me voyez pas, et vous m’écouterez mieux. (Elle lui passe la main sur la poitrine. À part.) Le portefeuille est là…


LE COMMANDANT, à part.

Elle aura fait quelque bêtise aux colonies. Pauvre Frontignac !… Tonnerre de Brest ! (Il embrasse Dora.) voilà que je m’emballe, je sens que je m’emballe… non, non… je ne veux pas, voyons, parle… parle…


DORA.

Nous bourlinguons ; eh bien, non, vous n’êtes pas bien, debout comme ça pour m’écouter, je sais ce qu’il faut… (Elle va appeler à l’écoutille.) Hé ! là-bas !


LE COMMANDANT.

Qu’est-ce qu’elle veut ?


DORA.

Apprêtez le hamac du commandant.


LE COMMANDANT.

Comment, mon hamac !


DORA.

Je ne vous parlerai que quand vous serez dans votre hamac.

Un matelot entre, et équipe le hamac, qu’il attache derrière le grand mât.