Page:Millaud - La Créole.pdf/28

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


––Et cette pension, je la double, morbleu !
––Si je trouve au retour un beau petit neveu !

(Parlé.) Et même deux et même trois…

REPRISE.
––––––––––Embrassez-vous,
––––––––––––––Etc.

Le commandant sort, Réné l’accompagne, et lui dit sur le seuil de la porte.

Et même trois…


Scène X

RÉNÉ, ANTOINETTE.



RÉNÉ, à Antoinette.

Je crois bien que je veux vous embrasser.

Il cherche à l’embrasser.


ANTOINETTE, se dégageant.

Monsieur, je vous en prie…


RÉNÉ.

Pourquoi résister, puisque mon oncle l’ordonne, et que c’est si facile ? Je ne veux pas lui désobéir, à ce cher oncle, qui est si bon, qui paie mes dettes et qui me donne dix mille écus.


ANTOINETTE.

Pour m’épouser ! Ah ! monsieur !


RÉNÉ.

Ah ! mademoiselle !

COUPLETS.
I
––––––Sa bonté pour nous est très-grande,
––––––Je n’ai rien à lui réclamer.
––––––Pour cet argent, il me demande
––––––De vous chérir, de vous aimer,