Page:Millanvoye — Anthologie des poètes de Montmartre, éd7.djvu/422

Cette page n’a pas encore été corrigée


Bravant plutôt le sot grondeur,
(La beauté n’est pas indécente !)
Si parfaite qu’on te pressente,
À le dévoiler d’un seul coup
Décide-toi donc, innocente,
Si tout le reste vaut le cou !

ENVOI

Blonde Reine, aube éblouissante
De chair à mes yeux surgissante,
Je te soupçonnerai beaucoup
D’être une céleste passante,
Si tout le reste vaut le cou !