Page:Millanvoye — Anthologie des poètes de Montmartre, éd7.djvu/418

Cette page n’a pas encore été corrigée



VI

    Quand on n’a pas d’argent
On est toujours intransigeant.
Si l’on fait de la politique.
On offre au paysan le sol,
L’outil au blousier sympathique,
La propriété, c’est le vol !...
— Mais si l’on est homme pratique,
On est du parti dirigeant
    Quand on a de l’argent.

VII
 
    Quand on n’a pas d’argent
C’est le convoi de l’indigent
Qu’on a, si Dieu permet qu’on meure ;
Votre chien seul suit le cercueil...
— Vers votre dernière demeure.
Un peuple entier, la larme à l’œil,
Vous suit dans des sapins à l’heure —
Ou même à pied, en s’épongeant,
    Quand on a de l’argent !