Page:Millanvoye — Anthologie des poètes de Montmartre, éd7.djvu/328

Cette page n’a pas encore été corrigée


<poem> Il ne faut, bien souvent, qu’une soupe ratée Pour que, dès le début, soit la verve arrêtée Chez les plus beaux esprits. Le gigot vient... Voici que la gaieté s’échappe, On rit, on jase ; l’un demande l’œil du pape Et l’autre la souris.

L’un voudrait du saignant, l’autre du cuit — problème Qui n’est pas difficile à résoudre — un troisième Hésite entre les deux. Le propre d’un gigot, cuit selon le principe, Etant de satisfaire au goût de chaque type Si qu’il soit hasardeux.

Quelquefois l’on cause art, science, politique... La conversation prend un tour emphatique Qui n’est pas sans danger ; Arrive le gigot ! Adieu les grandes phrases, Chacun à son voisin dit alors : Tu me rases, Parlons donc de manger.

Vous êtes, ô gigot ! le plat d« résistance, Le morceau de haut goût, la viande d’importance, Sur quoi rien ne prévaut. Une côte de bœuf n’est pas pour me déplaire, Mais vous m’êtes, gigot, plus... perpendiculaire, Quoi qu’en pense le veau.

Vous êtes tendres plus qu’une jeune épousée, Jeunes agneaux, argile idéale, ô rosée, Qui fondez sous la dent !