Page:Millanvoye — Anthologie des poètes de Montmartre, éd7.djvu/208

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LES MÔMES

Ils sont les maîtres du pavé ;
Il est leur domaine privé
Et les faubourgs sont leurs royaumes
                       Aux mômes.
Il en est de toutes grandeurs.
Ils sont tous plus ou moins frondeurs ;
Ils négligent les axiomes,
                       Les mômes.

Les petits sont les momignards
Avec la liquette aux fignards ;
Ils ne dégagent pas d'arômes,
                       Les mômes.
Entre eux on n’est guère savant ;
À l’école on va peu souvent,
Il n’ont pas gagné de diplômes,
                       Les mômes.

Pourtant, en prose ou bien en vers,
Ils ont des langages divers ;
Même ils inventent des idiômes,
                       Les mômes.
Pour sûr, ils ne sont pas capons ;
Parfois, ils couchent sous les ponts.
Ils ne craignent pas les fantômes,
                       Les mômes.