Page:Millanvoye — Anthologie des poètes de Montmartre, éd7.djvu/119

Cette page n’a pas encore été corrigée



Montait. Tout là-bas, des fusées
Jaillissaient vers le firmament,
Puis s’éparpillaient irisées !
Alors tu me dis simplement :

« Voici l’heure du sacrifice. »
Et je vis s’allumer des feux
Dépouillés de tout artifice,
Dans l’azur profond de tes yeux !