Page:Millanvoye — Anthologie des poètes de Montmartre, éd7.djvu/117

Cette page n’a pas encore été corrigée



Pour t’envoler à quelques lieues.,
N’entre-t-il pas dans ton concept
De prendre devers les banlieues
Un train de neuf heures dix-sept ?

Vers les grands parcs peuplés de marbres
Dressant leur blanche nudité,
Et vers les forêts ou les arbres
Ne sont pas de la liberté!

Loin du tumultueux asphalte
Où Paris hurlant se hâlait,
Loin, très loin, nous avons fait halte.
Et sous les bois calmes c’était

Comme une ivresse reposée,
Comme un rêve à peine conçu ;
Pour ne pas mouiller de rosée,
Toi, ta robe de fin tissu,

Et moi mon pantalon superbe,
Nous avions jeté nos manteaux
Avant de nous coucher sur l’herbe
Où nous étions sentimentaux.

Les oiseaux dans leurs chants de fête
N’exigeaient pas qu’un sang impur
Abreuvât leurs sillons ; ta tête
Acorabk reposait sur