Page:Mieille — L'espéranto, Sa Situation actuelle, Son Avenir, 1903.pdf/19

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 17 —

nombre exact de ces groupes, mais il est probable qu’il n’y en a pas loin d’un millier.)

Grâce à l’énergique appui du Touring-Club de France, cette puissante société qu’on trouve partout où il y a une idée juste à faire triompher, grâce au concours des Ballif, des Carlo Bourlet, des Cart, etc., etc. la France est à la tête du mouvement.

25 groupes espérantistes, sans compter le nôtre, sont constitués et font de l’excellente besogne. Voici leurs noms :

Groupe espérantiste de : Paris, Amiens, Annecy, Beaune, Besançon, Bordeaux, Boulogne, Chaumont, Dijon, Grenoble, Le Havre, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nancy, Épinal, Reims, Roubaix, Saint-Claude, Oyonnax, Saint-Omer, Tournon, Tain, Narbonne, Tarbes, — Troyes et Laon, en dernière heure.

D’autres sont en formation.

À l’étranger, la campagne est menée avec une égale activité. En Angleterre, 12 groupes se sont formés dans autant de villes depuis le mois de septembre dernier, époque où j’ai eu le bonheur de gagner à la cause espérantiste l’appui de la Review of Reviews et de son directeur, M. Stead.

En Allemagne, l’échec du Volapük, qui y avait de nombreux partisans, semblait avoir causé un tort irréparable à la cause de la langue internationale, mais en ce moment même, la propagande s’organise à Berlin[1], à Leipzig, à Munich, dans plusieurs centres universitaires, et bientôt, nous aurons là des milliers d’Espérantistes.

Les pays du Nord sont un appoint des plus sérieux. En Danemark, en Norwège et surtout en Suède, les Espérantistes sont nombreux et enthousiastes. On peut considérer ces pays comme gagnés à la cause.

L’immense Russie, un des pays d’Europe qui a le plus à gagner au succès de la langue internationale, compterait un plus grand nombre de groupes si la liberté d’association y rencontrait moins d’obstacles. Mais les Espérantistes isolés y sont nombreux et nous y comptons d’aimables correspondants.

Dans les pays que baigne le beau Danube bleu, l’Espéranto a rencontré le terrain le plus favorable et s’y développe rapidement. Bulgares, Roumains, Hongrois sont parmi les plus ardents à abattre la Babel linguistique qui les emprisonne.

  1. L’on m’informe que la Société française pour la propagation de l’Espéranto vient de déléguer à Berlin un des plus vaillants Espérantistes parisiens, M. Pagnier, pour s’entendre avec les Espérantistes berlinois sur la propagande à faire en Allemagne.