Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 5.djvu/481

Cette page a été validée par deux contributeurs.


hommes et la chose publique… Jetez-nous dans le gouffre et sauvez la Patrie !…

« Si notre réponse ne vous a pas paru suffisante, je vous somme, au nom de la Patrie, de nous envoyer devant le tribunal révolutionnaire… Si nous sommes coupables et que vous ne nous envoyiez pas au tribunal, vous trahissez le peuple ; si nous sommes calomniés et que vous ne le déclariez pas, vous trahissez la justice. »

Le silence fut absolu. La Gironde ne réclama pas, elle accepta, en échange de la vie, cette déclaration de l’honneur.

La Convention déclara calomnieuse la pétition jacobine.

Mais, en même temps, Vergniaud avait, pour la seconde fois, ouvert pontificalement le gouffre de Curtius, le gouffre où la Patrie en péril précipite, pour son salut, tout ce qu’elle a de meilleur.

Les Girondins s’y précipitèrent, dans cette journée solennelle, pour éviter la guerre civile. Serfs de la loi, liés par elle et peu propres à l’action, ils auraient tué la République. La Convention, pénétrée de douleur, les laissa tomber, périr.