Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 5.djvu/185

Cette page a été validée par deux contributeurs.


On lui dit que des femmes enceintes avaient obtenu un ajournement du supplice. Elle voulut, dit-on, l’être aussi. Un ami lui aurait rendu, en pleurant, le triste office, dont on prévoyait l’inutilité. Les matrones et les chirurgiens consultés par le tribunal furent assez cruels pour dire que, s’il y avait grossesse, elle était trop récente pour qu’on pût la constater.

Elle reprit tout son courage devant l’échafaud et mourut en recommandant à la Patrie sa vengeance et sa mémoire.