Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 5.djvu/175

Cette page a été validée par deux contributeurs.


racine, je vous en donnerais la moitié. » — On descendit dans la cour ; Louis fut accueilli d’un chœur formidable de forts de la Halle et de charbonniers qui chantaient à pleine poitrine le refrain de la Marseillaise : « Qu’un sang impur abreuve nos sillons ! » — Il remonta en voiture et mangea seulement la croûte de son pain. Il ne savait trop comment se débarrasser de la mie, et il en parla au substitut, qui jeta le morceau par la portière. — « Ah ! reprit Capet, c’est mal de jeter ainsi le pain, surtout dans un moment où il est rare. — Et « comment savez-vous qu’il est rare ? reprit Chaumette. — Parce que celui que je mange sent un peu la terre. » — Le procureur de la Commune, après un intervalle, s’avisa d’ajouter : — « Ma grand’mère me disait toujours : « Petit garçon, on ne doit pas perdre une mie de pain, vous ne pourriez pas en faire venir autant. — Monsieur Chaumette, reprit Louis Capet, votre grand’mère était, à ce qu’il me paraît, une femme de grand sens. »

Il y eut quelque silence. Chaumette resta muet, enfoncé dans la voiture. Puis, soit qu’il n’eût pas lui-même mieux déjeuné que le roi, soit qu’à la longue la fatigue, la force des impressions violentes dans ce lugubre jour, eussent triomphé de sa nature, il avoua qu’il ne se sentait pas bien. Le roi attribua la chose au roulis de la voiture, qui allait au pas. « Avez-vous été sur mer ? dit-il à Chaumette. — Oui, reprit celui-ci, j’ai fait la guerre avec La Motte-Piquet… — La Motte-Piquet ! dit le roi, c’était un