Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 1.djvu/294

Cette page a été validée par deux contributeurs.


guère auprès de lui que M. de Montmorin et moi. Le 19, tout ministre étant absent, j’étais entré chez le roi pour lui faire signer l’ordre de donner des chevaux à un colonel qui s’en retournait. Comme je présentais cet ordre, un valet de pied se place entre le roi et moi, pour voir ce qu’il écrivait. Le roi se retourne, aperçoit l’insolent et se saisit des pincettes. Je l’empêchai de suivre ce mouvement d’une colère très naturelle ; il me serra la main pour m’en remercier, et je remarquai des larmes dans ses yeux. »