Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 1.djvu/128

Cette page a été validée par deux contributeurs.



IX

la bastille.


Le médecin de Louis XV et de Mme de Pompadour, l’illustre Quesnay, qui logeait chez elle à Versailles, voit un jour le roi entrer à l’improviste et se trouble. La spirituelle femme de chambre, Mme du Hausset, qui a laissé de si curieux Mémoires, lui demanda pourquoi il se déconcertait ainsi. « Madame, répondit-il, quand je vois le roi, je me dis : Voilà un homme qui peut me faire couper la tête. — Oh ! dit-elle, le roi est trop bon ! »

La femme de chambre résumait là d’un seul mot les garanties de la monarchie.

Le roi était trop bon pour faire couper la tête à un homme ; cela n’était plus dans les mœurs. Mais il pouvait d’un mot le faire mettre à la Bastille et l’y oublier.

Reste à savoir lequel vaut mieux de périr d’un coup ou de mourir lentement en trente et quarante années.

Il y avait en France une vingtaine de bastilles, dont six seulement (en 1775) contenaient trois cents prisonniers. À Paris, en 1779, il y avait une trentaine de prisons, où l’on pouvait être enfermé sans jugement. Une infinité de couvents servaient de suppléments à ces bastilles.