Ouvrir le menu principal

Page:Michelet - Œuvres complètes Vico.djvu/489

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE VII


DE LA PHYSIQUE POÉTIQUE.


Après avoir observé quelle fut la sagesse des premiers hommes dans la logique, la morale, l’économie et la politique, passons au second rameau de l’arbre métaphysique, c’est-à-dire à la physique, et de là à la cosmographie, par laquelle nous parvenons à l’astronomie, pour traiter ensuite de la chronologie et de la géographie, qui en dérivent.


§ I.


De la physiologie poétique.


Les poètes théologiens, dans leur physique grossière, considérèrent dans l’homme deux idées métaphysiques, être, subsister. Sans doute ceux du Latium conçurent bien grossièrement l’être, puisqu’ils le confondirent avec l’action de manger. Tel fut probablement le premier sens du mot sum, qui depuis eut les deux