Ouvrir le menu principal

Page:Michelet - Œuvres complètes Vico.djvu/358

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE III


TROIS PRINCIPES FONDAMENTAUX.


Maintenant, afin d’éprouver si les propositions que nous avons présentées comme les éléments de la science nouvelle peuvent donner forme aux matériaux préparés dans la table chronologique, nous prions le lecteur de réfléchir à tout ce qu’on a jamais écrit sur les principes du savoir divin et humain des Gentils, et d’examiner s’il y trouvera rien qui contredise toutes ces propositions, ou plusieurs d’entre elles, ou même une seule ; chacune étant étroitement liée avec toutes les autres, en ébranler une, c’est les ébranler toutes. S’il fait cette comparaison, il ne verra certainement dans ce qu’on a écrit sur ces matières que des souvenirs confus, que les rêves d’une imagination déréglée ; la réflexion y est restée étrangère, par l’effet des deux vanités dont nous avons parlé (axiome 3). La vanité des nations, dont chacune veut être la plus ancienne de toutes, nous ôte l’espoir de trouver les principes de la science nouvelle dans les écrits des philologues, la vanité des savants, qui veulent que leurs sciences favo-