Page:Mercure de France - Février 1766.djvu/36

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


duire juſqu’à St. Jehan d’Angely, je deſirerois pour cette occaſion etre accompagné de quelques uns de mes bons amis, & m’aſſurant que vous etes du nombre, je vous ai bien voulu prier par cette cy de m’accompagner en ce court voyage, & à ces fins vous rendre au lieu de Cotran le dernier jour de ce mois, ſous cette aſſurance que vous me ferez un bien grand plaiſir, duquel je vous demeureray obligé pour le vous reconnoître là où j’aurai le moyen, de même aſſection que je prie Dieu vous avoir, Monsieur de Lardimalye, en ſa ſainte & digne garde. Écrit à Nerac, ce 7e jour de Janvier 1582.

Je vous prie de rechef de vous, préparer à faire ce voyage.

Votre bien bon amy, ſigné Henry.


Cinquième Lettre, le 29 Novembre 1583.

M. de Lardimalye, jai entendu par le ſieur de la Valade les bons offices dont vous avez uſé en la négociation d’Ayen, & comme vous êtes en train d’en faire autant d’ailleurs, ſi vous pouvé, choſe qui me ſeroit fort agréablé & que je vous prie vouloir embraſſer de telle affection, que bientoſt on en puiſſe voir