Page:Mercure de France - Février 1766.djvu/24

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


exigeoit des précautions, & qu’il alloit tout diſpoſer pour être bientôt en état de lui marquer ſa reconnoiſſance. Dès le lendemain Xanthe preſſa ſon retour ; à quoi ſon hôte conſentit en lui témoignant qu’il ſeroit charmé de l’accompagner juſqu’au lieu de ſon embarquement. Ils partirent tous enſemble ; & le jour qu’ils ſe devoient ſéparer, Cavara propoſa de faire un ſacrifice, tant pour l’heureux voyage de Xanthe, que pour jurer entr’eux une amitié indiſſoluble. L’autel étant dreſſé, Cavara s’avança poliment, pria Érippe de vouloir bien préſenrer & tenir la victime, (c’étoit une jeune brebis) & de joindre ſes vœux aux leurs. Mais quels : furent les tranſports de Xanthe, lorſque celui qui étoit chargé d’immoler la victime, tirant ſon coutelas, fit voler à leurs pieds la tête d’Érippe elle-même ! …


Les Il eſt certain, ſi l’on compare
Les héros de nos jours à ceux du temps jadis ;
Les Que cet acte paroît barbare,
Les Et qu’un pareil exemple est rare
Les Chez nos modernes Amadis,
LeCette action, que nous trouvons cruelle,
Étoit chez nos Gaulois d’une gloire immortelle ;
Les Pour punir la déloyauté
Les Rien ne paſſoit pour cruauté,