Page:Mercure de France - Février 1766.djvu/23

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu’elle avoit conçüe d’être ſa femme auſſitôt qu’il ſeroit aſſuré de la mort de ſon mari, elle ne chercha plus que les moyens de s’en défaire pour ſe donner entièrement à ſon nouveau vainqueur. Dès qu’elle fut levée, elle lui découvrit tout le ſecret dont Xanthe lui avoit fait part, lui déclara l’argent qu’il avoit, & tâcha de perſuader à Cavara qu’il ſe devoit tenir, offenſé du peu de franchiſe d’un homme qui lui avoit tant d’obligation ; ajoutant que s’il vouloit répondre aux ſentimens qu’elle avoit pour ſon maître, il ſe ſaiſiroit de tout l’argent de Xanthe, & tâcheroit de s’en défaire, ainſi que de l’enfant qu’elle avoit eu de lui, pour qu’elle pût paſſer le reſte de ſa vie auprès d’un homme que tant de belles qualités rendoient ſi charmant à ſes yeux.


NoIndigne Érippe, à qui t’adreſſes-tu ?
NoTon cœur jamais ne connue la vertu.
Notre Gaulois à l’âme & trop noble & trop belle
Pour être épris d’une épouſe infidèlle.


Cette perfidie, en effet, inſpira tant d’horreur au généreux Gaulois, que peu s’en fallut qu’il n’en laiſſât tranſpirer quelques marques. Il ſe contenta de lui dire qu’un projet de cette importance