Page:Mercure de France, t. 33, n° 121, janvier-mars 1900.djvu/364

Cette page n’a pas encore été corrigée


s’est assis auprès de vous sur la petite chaise. Voilà, mère Henri. Je me souviens de votre amour pour votre enfant. Vous lui donniez à manger et à boire en disant : « Mange bien, bois bien, mon petit. » C’était un enfant bien élevé qui mangeait proprement parce qu’il avait l’habitude de manger comme cela, chez des gens aisés qui n’aiment pas que les pauvres laissent des miettes. Vous le regardiez. Mère Henri, aussi longtemps que durera ma mémoire je me souviendrai des regards que vous donniez à votre enfant. Vous étiez une vieille malheureuse, dans une cabane, et qui voyage pour aller tirer les sonnettes par tous les temps de pluie et de soleil. Votre main brune, l’hiver pressait votre sein où glissait le vent gelé, et vos pas d’été, pleins de sueur, marchaient au soleil sur les routes sans nombre qui usent vos jambes pour vous donner du pain. La pauvreté vous entourait le corps, comme une grosse corde, et vous traînait ainsi qu’un maître traîne une bête pour la montrer aux portes ces maisons. Mère Henri, quand vous regardiez votre enfant l’on sentait que vous étiez une femme heureuse. Vous regardiez votre enfant comme Jésus doit regarder ceux qu’il a mis au monde et qu’il fait souffrir. Mais surtout vous le regardiez comme on regarde son bonheur. Votre enfant vous semblait beau comme un château avec un parc. Le maître s’arrête et contemple en pensant qu’ici c’est sa vie : la richesse, l’aisance et la beauté. Votre enfant était meilleur que la chaleur des bons foyers, que les baisers des amoureux et que la viande que l’on mange en buvant du vin. De toutes ces choses il vous tenait lieu. Alors vous l’admiriez. Ce jour-là il tombait de la pluie. Votre petit garçon dit : « Il pleut. » Dans nos pays on parle très mal et l’on dit :