Ouvrir le menu principal

Page:Mendès - Philoméla, 1863.djvu/73

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


SILENCE



Tu ne parleras pas, ô mon âme inquiète !
Rien ne révélera ton mal intérieur :
Pas de sanglots humains dans le chant du poëte.

D’autres accepteront ce rôle inférieur ;
À défaut de vertu j’ai la pudeur des larmes
Et veux grincer des dents sous un masque rieur.