Ouvrir le menu principal

Page:Mendès - Philoméla, 1863.djvu/39

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
23
ariane


Et bientôt sur les lierres
T’assoupir à demi
Parmi
Leurs troupes familières,
 
Cependant que le feu
De ta lèvre m’abreuve,
Ô veuve
Adorable d’un Dieu !

Mais, enfant, puisque l’ombre
Des grands ravins te plaît,
Il est
Une forêt plus sombre.