Ouvrir le menu principal

Page:Mendès - Philoméla, 1863.djvu/196

Cette page a été validée par deux contributeurs.
180
sonnets


Mais les lacs n’aiment point que leurs belles surfaces
S’écaillent sous les pas de ces rustres frileux ;
Souvent le clair miroir se dérobe sous eux,
Puis les glaçons disjoints reviennent à leurs places.

Tel est mon cœur, glacier sur des volcans éteints !
Le doute, les remords, les espoirs incertains,
Le déchirent sans cesse avec de durs patins.

Parfois il bâille, alors tout s’abîme en un gouffre
Qu’emplit l’exhalaison d’une mare de soufre ;
Et toi seul, cœur profond, tu sais ce que je souffre !